Notre guide pour tout savoir sur la formation professionnelle continue

24 sep 2020

Vous êtes salarié et vous souhaitez monter en compétence pour vous spécialiser au sein de votre entreprise ou effectuer une reconversion professionnelle ? Vous pouvez suivre une formation professionnelle. Quelle est la durée d’une formation professionnelle ? Comment en faire la demande ? Quels sont ses objectifs ? Quels sont les financements possibles ? Dans cet article, nous vous disons tout des différentes formations professionnelles et de vos droits.

Qu'est-ce qu'une formation professionnelle ?

La formation professionnelle est une formation destinée aux actifs. La demande de formation peut émaner de votre employeur, s’il souhaite vous faire évoluer et gagner en compétence, ou de vous, si vous souhaitez diversifier vos maîtrises ou changer de métier. Dans tous les cas, elle consiste à renforcer un savoir, mettre à jour vos connaissances ou à en acquérir de nouvelles. La formation professionnelle ou formation continue est un droit pour tous les actifs et est inscrite dans le Code du travail. Elle peut être effectuée dans votre entreprise, à distance ou dans un organisme de formation externe. Il existe différentes formations professionnelles et plusieurs modes de financement pour suivre une formation professionnelle pour adultes.

Quels sont les objectifs de la formation professionnelle ?

Les objectifs de la formation professionnelle sont variés. La formation continue peut permettre :

  • De gagner en compétence afin d’évoluer au sein de son entreprise et d’accéder à un poste plus élevé (elle permet de se former en entreprise ou dans un organisme à la place ou en complément d’une VAE).
  • D’apprendre une nouvelle compétence spécifique (c’est souvent le cas quand une entreprise se diversifie ou doit s’aligner sur de nouvelles lois ou normes en vigueur et doit enseigner à ses employés de nouveaux savoirs).
  • De se former afin d’apprendre un nouveau métier pour effectuer une reconversion professionnelle.
  • De se former pendant une période de chômage pour augmenter ses chances de trouver un emploi.
  • De se former dans le cadre d’un plan de sécurisation (pour les salariés licenciés pour motif économique souhaitant retrouver un emploi rapidement et dans de bonnes conditions) ou de retour à l’emploi.

Quels sont les différents types de formations professionnelles ?

Il existe de nombreux types de formations professionnelles. Ils dépendent de l’objectif du demandeur et du domaine de formation souhaité. De nombreux programmes permettent d’apprendre un nouveau métier en préparant divers diplômes. CAP, BEP et BAC pro peuvent être enseignés. Il est également possible de suivre de formations supérieures, comme le Bachelor, ou encore des formations qualifiantes courtes.

La formation professionnelle n’est néanmoins pas toujours diplômante ; il existe également des formations plus courtes, pour apprendre à maîtriser un logiciel, un outil ou encore une compétence bien spécifique. Ces formations peuvent durer quelques jours seulement ou quelques semaines. Elles sont parfois effectuées au sein même de l’entreprise, grâce à la venue d’un intervenant extérieur. Les formations professionnelles peuvent être dispensées de différentes manières : à distance, en présentiel ou encore en alternance.

Un large choix de domaines est proposé en France. Les formations les plus demandées sont celles dans le domaine des langues, de la santé, du social, du secrétariat, de la petite enfance ou encore de la bureautique. Certains organismes proposent des formations dans des domaines plus spécifiques, comme le management inclusif, la transition énergétique, l’entrepreneuriat ou encore la Responsabilité Sociétale des Entreprises.

Comment bénéficier d'une formation professionnelle ?

La demande de financement d’une formation professionnelle peut se faire à l’initiative du salarié, d’un employeur ou d’un conseiller Pôle emploi. Le prix des formations varie selon la certification visée, le domaine de formation et sa durée. Le coût de la formation continue peut être pris en charge grâce à différents dispositifs :


Le CPF


Le compte personnel de formation (ancien Droit Individuel à la Formation ou DIF) permet aux salariés de cotiser un montant de 500 € par an, plafonné à 5 000 € au total pour financer leurs formations. Ils peuvent choisir de l’utiliser quand ils le souhaitent. L’employé devra toutefois justifier d’une activité d’un an au sein d’une même entreprise et être en CDI. La formation choisie peut s’effectuer en dehors du temps de travail. Dans ce cas, le salarié n’a aucune démarche à effectuer auprès de son employeur, mais n’est pas rémunéré. Il peut faire valider sa demande de formation par un conseiller en évolution professionnelle. Si le salarié souhaite participer à une formation se déroulant pendant son temps de travail, il doit s'adresser à son employeur et lui demander son autorisation au moins 60 jours calendaires avant le début de la formation, s’il s’agit d’une formation à la durée inférieure à 6 mois. Si sa durée est supérieure à 6 mois, le salarié doit demander une autorisation au moins 120 jours avant le début de la formation. L’employeur dispose dans tous les cas de 30 jours pour donner sa réponse. Si la réponse n’est pas apportée dans ce délai, l’employé peut considérer que sa demande de formation est acceptée. Sachez une chose : si vous avez cotisé des heures au DIF, vous devez reporter ces heures avant le 31/12/2020. Passé ce délai, elles seront inutilisables.
 

Le PTP


Le projet de transition professionnelle (ancien Congé Individuel de Formation) est un congé permettant aux salariés, qu’ils soient en contrat d’apprentissage, de professionnalisation, en CDD ou en CDI, de bénéficier d’un nombre d’heures annuelles consacrées à la formation. Ce financement peut être demandé dans le but d’évoluer, de gagner en qualification ou d’effectuer une reconversion professionnelle. Le salarié doit justifier de 24 mois d’ancienneté (continue ou non), dont 12 mois dans la même entreprise, peu importe la nature des contrats successifs. Pour obtenir ce financement, le salarié doit déposer une demande auprès d’une association Transitions Pro ou de la commission paritaire interprofessionnelle régionale. Il est également dans l’obligation de prévenir son employeur de son absence par écrit 60 jours avant le début de la formation pour une absence inférieure ou égale à 6 mois, et 120 jours avant une absence supérieure à 6 mois.

Ce qui pourraitvous plaire

Que faire après un bachelor

03 sep 2019

Après le bachelor, quels débouchés ? Quelles poursuites d'études ?

Avec un excellent taux d’insertion professionnelle à l’issue du cursus et de multiples spécialisations possibles dans les domaines du management et de la gestion d’entreprise, le bachelor est un diplôme aujourd’hui aussi prisé des étudiants qu’apprécié des recruteurs. Pour ceux qui souhaitent repousser leur entrée sur le marché du travail et poursuivre leurs études, ce diplôme de niveau bac+3 offre la possibilité d’entrer en master au sein d’une grande école de commerce ou encore de rejoindre un cursus universitaire. Alors, que faire après un bachelor ? Entrer pleinement dans la vie professionnelle ? Choisir de poursuivre ses études ? On vous dit tout sur les possibilités qui s’offrent à vous après l’obtention de votre bachelor.

Lire l'article

étudiantes en train de travailler ensemble

04 fév 2020

Pourquoi suivre un cursus en Anglais ?

Le monde de l’entreprise s’ouvre de plus en plus à l’international : les entreprises françaises se développent et ouvrent des antennes à l’étranger et les entreprises internationales s’installent en France. En tant qu’étudiant, vous avez conscience de ces enjeux qui nécessitent de justifier d’un niveau de langue minimum pour améliorer votre insertion professionnelle à la sortie de l’école. Pourquoi et surtout, comment suivre un cursus anglophone en France ? On y répond dans cet article !

Lire l'article

28 avr 2020

Pourquoi et comment faire un double diplôme ?

Les doubles-diplômes sont de plus en plus prisé par les étudiants français : ils permettent aux étudiants de préparer deux diplômes, par exemple, un au sein d’une école de commerce et un d’une université partenaire, comme une école d’ingénieur. En une seule année, l’étudiant pourra ainsi prétendre à un diplôme de son école d’origine et obtenir un diplôme d’un autre établissement français ou étranger.

Lire l'article