Que sont les certifications RNCP ?

19 mai 2020

Le choix de formations après le bac ne cesse de s’étoffer, et il est parfois difficile de s’y retrouver. Lorsqu’on s'intéresse à un cursus, il faut se poser les bonnes questions : est-ce un diplôme reconnu ? Est-il certifié par l’état ? Heureusement, il existe les titres RNCP, qui permettent de s’assurer de la qualité et la valeur d’un programme. Nous vous expliquons ce dont il s’agit et pourquoi ils sont importants dans le choix d’une formation.

Qu'est-ce qu'un titre RNCP ?

Le RNCP désigne le répertoire national de la certification professionnelle. Créé en 2002, il répertorie ainsi toutes les formations certifiées par l’état, c’est à dire les titres et diplômes à finalité professionnelle, ainsi que les certificats de qualification professionnelle.

Toutes les formations y sont classées par activité et par niveau d’études. Ainsi, l’article L.6113-1 du Code du Travail, instauré par la loi du 5 septembre 2018 sur la liberté de choisir son avenir professionnel précise que “ les certifications professionnelles sont classées par niveau de qualification et domaine d’activité (...) et sont constituées de blocs de compétences (...) contribuant à l’exercice autonome d’une activité professionnelle et pouvant être évaluées et validées”. Dans le registre RNCP, on y trouve ainsi des fiches descriptives de chaque titre RNCP, où sont listées les modalités d’accès, les compétences acquises au terme de la formation, ainsi que les métiers pouvant être exercés à l’issue du cursus.

Un titre RNCP est délivré par le Ministère du Travail : il est donc reconnu par l’État sur l’ensemble du territoire français.

Attention, un diplôme reconnu par l’état n’est pas forcément un titre certifié ! Il faut bien saisir la différence entre les deux. En effet, si un diplôme d’état (c’est à dire contrôlé par le Ministère de l’Education Nationale) atteste d’un niveau de connaissances et d’un parcours d’études, le titre inscrit au répertoire national certifie de votre qualification et de vos aptitudes professionnelles pour l’exercice d’une fonction donnée, comme un titre de psychologue par exemple ou un titre d’ingénieur. On peut parler de reconnaissance académique et de reconnaissance professionnelle.  Pour faire simple, le diplôme et les crédits ECTS sont la preuve que l’étudiant a un niveau reconnu académiquement, tandis qu’un titre professionnel démontre de compétences acquises et reconnues parmi les professionnels d’un secteur d’activité : la formation est particulièrement adaptée au marché du travail.

Enfin, il est important de souligner qu’un titre reconnu RNCP peut être accessible par la voie du VAE (Validation par Acquis d’expérience). Cela veut dire que vous pouvez obtenir un titre ou un certificat de qualification professionnelle en faisant reconnaître les compétences acquises de par votre expérience professionnelle, sans pour autant passer la formation.

Que vaut un titre RNCP ?

Les titres certifiés englobent des formations de tous les niveaux de certification, accessibles à tous les étudiants. Les formations sont classées grâce au cadre national des certifications professionnelles, en niveaux (du niveau VI au niveau I), qui correspondent à des échelons de niveau bac+. Cette nomenclature française diffère de la nomenclature européenne, pour autant, les titres de niveaux I à III donnent droit à des crédits ECTS).

  • Niveau I (niveaux 7 et 8 de la nomenclature européenne) : Formations bac+5 à bac+8, soit l’équivalent d’un master ou d’un diplôme d’une grande école conférant le grade de master, jusqu’au doctorat. Par exemple, le Programme Grande École de l’IPAG est un titre de niveau I.
  • Niveau II (niveau 6 de la nomenclature européenne) : Formation bac+3 ou bac+4, soit l’équivalent d’une licence, licence professionnelle ou d’une maîtrise, ou encore d’un Bachelor.
  • Niveau III (niveau 5 de la nomenclature européenne) : Formation bac+2, soit l’équivalent d’un DUT, d’un BTS ou la fin d’un premier cycle d’enseignement supérieur comme le parcours BTS Bachelor de l’IPAG.
  • Niveau IV (niveau 4 de la nomenclature européenne) : formation équivalente à un Brevet professionnel, un brevet de technicien ou un bac professionnel ou technologique.
  • Niveau V (niveau 3 de la nomenclature européenne) :  soit l’équivalence à un CAP ou un CFPA.
  • Niveau VI : formation de type brevet, certificat de formation générale : ce sont des formations avant le lycée. 

Certaines “formations”, non-diplômantes ne peuvent faire l’objet d’une reconnaissance, par exemple des cours de remise à niveau de langue ou bien le suivi par un coach professionnel.

A chaque niveau de formation sont associés des indicateurs, qui reposent sur la complexité des savoirs associés à l’exercice de l’activité professionnelle, le niveau des savoir-faire et le degré de responsabilité au sein de l’organisation du travail.

Une formation reconnue par l’Etat, ayant fait l’objet d’un enregistrement au répertoire, est la preuve que les enseignements prodigués permettent d’acquérir de véritables connaissances nécessaires à l’exercice d’un métier ou une activité dans un domaine professionnel donné. Ainsi, un diplômé issu d’une formation RNCP aura les aptitudes et les compétences professionnelles attendues dans son domaine de spécialisation.

Les titres RNCP permettent donc de faire rapidement le tri parmi les formations. On peut ainsi se faire rapidement une idée sur la qualité et la reconnaissance d’un cursus grâce à son inscription au registre. C’est donc un critère de choix pour les étudiants lorsqu’ils cherchent une formation. En effet, un diplômé d’un cursus non certifié pourra reconnaître davantage de difficulté dans son insertion professionnelle, et il en est de même lorsqu’il voudra poursuivre ses études dans des écoles prestigieuses, ces dernières privilégiant les candidats détenteurs d’un diplôme certifié.

Pour les Grandes écoles, il est également primordial d’obtenir ces certifications professionnelles : c’est la reconnaissance par l’État que leurs formations sont de qualité et adaptées aux attentes des professionnels du milieu. De plus, les formations ainsi reconnues sont un gage important auprès des écoles et universités partenaires, qui sont ainsi plus disposées à nouer des partenariats.

Comment savoir si une formation a le titre RNCP ?

N’importe quel établissement, privé ou public, de formation initiale ou continue de l’enseignement peut déposer un dossier pour demander l'inscription de ses formations au RNCP.

C’est l’organisme France Compétences qui est chargé d’effectuer les inscriptions. Cet organisme, placé sous l’autorité du ministère chargé de la formation professionnelle est l’institution compétente pour tout ce qui touche au financement, au contrôle, à la certification, à la coordination et la formation professionnelle. Par ailleurs, les titres certifiés sont soumis à la validation d’un autre organisme, la Commission Nationale de Certification Professionnelle. Ainsi un diplôme reconnu RNCP doit remplir de nombreux critères.

Une fois le titre enregistré au registre national, il est publié au Journal Officiel.

Pour autant, l’obtention du titre RNCP n’est pas valable à vie ! En effet, les certificats sont attribués pour 5 ans renouvelables. Ainsi, le programme inscrit au RNCP peut faire l’objet d’un audit régulier par l’État afin de vérifier s’il est toujours en adéquation avec les exigences des professions visées ou du domaine d’activité.

De plus en plus de demandes d’enregistrement sont déposées chaque année, car une formation certifiée est un vrai gage de qualité.

Il est donc important de vérifier si la formation que vous envisagez de faire est bien un titre professionnel reconnu, car de nombreuses écoles ou universités préparent des diplômes nationaux qui ne disposent pas de certifications et qui sont, de ce fait, non-reconnus par l’Etat ou par le monde professionnel !

Vous pouvez consulter le registre et prendre connaissance des diplômes certifiés sur ce site : https://certificationprofessionnelle.fr/

Ce qui pourraitvous plaire

Jeune étudiante

21 oct 2019

Quels débouchés après une école de commerce ?

Les diplômés d’une école supérieure de commerce n’ont a priori pas de mal à intégrer le marché du travail, en témoignent les enquêtes d’insertion professionnelle annuelles rendues publiques pour certaines. À l’IPAG, le taux de jeunes diplômés trouvant un emploi dans les 6 mois qui suivent leur sortie d’études est de 99%. En fonction du diplôme (Programme Grande École, BTS, Bachelor, BBA, MBA), de la spécialisation choisie et de leur profil, ces étudiants qui entrent pleinement dans la vie active travaillent dans divers secteurs d’activité. Petit tour d’horizon des débouchés et des métiers exercés par les jeunes -ou moins jeunes- alumni des grandes écoles de commerce...

Lire l'article

job-etudiant

23 oct 2020

Comment concilier job étudiant et études ?

Ce n’est pas toujours facile de concilier job étudiant et études exigeantes mais pourtant, c’est souvent inévitable : les bourses du CROUS et d’autres organismes ne suffisent pas toujours à financer les frais de scolarité et de vie quotidienne des étudiants. Aujourd’hui, 35% des étudiants allient petits boulots et études pour s’en sortir : jobs d’été, emplois saisonniers pendant les vacances ou le week-end, etc. Peut-on concilier ces deux activités ? C’est possible mais il faut adopter les bons réflexes et bien s’organiser. Faisons le point ensemble…

Lire l'article