« Réflexions sur une justice sans accès au juge »

25 Jun 2020

« Réflexions sur une justice sans accès au juge »

Après la grève des avocats et surtout la crise sanitaire durant laquelle l’institution judiciaire a été paralysée, les dossiers en souffrance s’accumulent dans tous les tribunaux de France…

Comment rattraper ce retard ? Faut-il en passer temporairement par une justice sans audience ? Qu’en serait-il de la liberté fondamentale d’avoir accès au juge ? Peut-on sacrifier l’égalité des citoyens au nom du désencombrement des tribunaux ? Quelles-sont les alternatives possibles ?

Dans un article paru dans la Semaine Juridique, notre directeur du département « Économie et Droit » de l’IPAG, Tristan Boyer, et Juliette Griset, avocat à la Cour, nous livrent leurs inquiétudes et leurs réflexions sur les perspectives d’une justice « sans juge ».

Pour les deux auteurs de cet article, les pouvoirs publics doivent opérer une véritable concertation entre les différents acteurs de la justice afin d’analyser les moyens possibles pour la justice civile d’échapper à son embolie sur le long terme. Plus que des mesures de crise destinées à réduire rapidement le nombre de dossiers à traiter en rendant la justice « à l’abri des justiciables », le recours massif aux modes alternatifs de règlement des différends (MARD) constituerait, aux yeux de Tristan Boyer et Juliette Griset, une solution plus respectueuse des droits fondamentaux. Mais pour que ces alternatives à la résolution judiciaire d’un litige puissent se développer convenablement, il faut leur donner un cadre et des moyens pour ceux qui les pratiquent.

Retrouver l’article complet : lien